L'ART

 

"Mon imagination peut à travers lui s'élancer d'un trait vers les mirages d'une humanité disparue que l'objet suppose laissé par elle comme une île-témoin d'un continent englouti."

                                                    Dominique Ponnau, directeur honoraire de l'École du Louvre.

 

 

               Le Moulin de la Galette

 

Collage et acrylique sur toile, 60" x 48"

 

 

 

                                Vertige Romain

 

              Collage et acrylique sur Masonite,

 

                                  40 x 40, 2013

 

                           Dans la nuit

 

       Collage et acrylique sur Masonite, 

  

                          40" x 40", 2014

 TEMPUS FUGIT


« Mais en attendant, il fuit :
Le temps fuit sans retour,
Tandis que nous errons,
Prisonnier de notre amour du détail »


« Sed fugit interea tempus fugit irreparabile, dum segula amore capti circum vectamur »
Virgile​

Collage et acrylique sur toile, 30" X 30"

 VENISE


J’avais tout tenté
Pour te sauver.
Je m’étais agitée
J’avais écrit, crié,
Imploré, pleuré
En vain.
Ta perte était inéluctable.
Je me débattais
Je m’épuisais
Je mourrais de rage.
Et devant ton anodin naufrage
Je restais seule
Avec pour unique mémoire
Mon désespoir.


A vain attempt

Collage et acrylique sur Masonite

48" X 48"

SOUVIENS-TOI


« … Souviens-toi que le temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup! C’est la loi,
Le jour décroît; la nuit augmente; souviens-toi!
Le gouffre  a toujours soif; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l’auguste Vertu, ton épouse encore vierge,
Où le repentir même (oh! La dernière auberge!)
Où tout le dira : Meurs, vieux lâche! Il est trop tard! »


L’horloge, Charles Baudelaire,

les Fleurs du Mal- Spleen et Idéal.​


Time meets destiny

Collage et acrylique sur Masonite, 20" X 23"

 

1942

 

Collage et acrylique sur bois, 21" x 17"

1942


Je me souviens de ce dimanche matin.
Avec délicatesse,
Mon grand-père, mon adoré,
A choisi de me dévoiler sa douleur.


Omniprésente,
Insupportable le jour,
Insoutenable la nuit,
Elle le laissait
Auprès de moi, sans voix.


Je n’avais pas compris alors
Le sens des photos du livre d’Histoire
Dont il tournait les pages.


Des tas, des énormes tas,
Des tas.
Des tas de lunettes,
Des tas de dents en or,
Des tas d’objets

Sans grande valeur…


Tous ces tas m’obsèdent
Ces lunettes sans crâne
Ces dents sans crâne
Et puis ces crânes
Tous ces crânes.