Le 7ème continent

1/2

« Jour après jour, je ne voyais pas de dauphins, pas de baleines, pas de poissons, je ne voyais que du plastique. » Charles Moore, navigateur, 1997. 

On l’appelle « 7ème Continent ». C’est un amalgame de plastique qui pollue tous les océans, tuant par ingestion plusieurs millions d’animaux par an et grandissant à une vitesse phénoménale !

Le 7e continent évoque les millions de morceaux de plastique qui flottent à la dérive sur les océans. Ces stigmates de la production et de la consommation mondiale, échappent à toutes notions de frontières et de fragmentations géographiques traditionnelles. Ils sont le véhicule d’une mémoire collective offerte aux générations futures comme un héritage à la dérive.

Ce projet a été conçu dans le cadre de l’exposition Traversée présentée en 2017 par le Regroupement BLEU, les artistes et artisans d’art de l’Île d’Orléans. Ce collectif fait écho à la traversée des grands voiliers sur l’océan atlantique entre les continents européen et nord- américain. Sans doute les navigateurs rencontreront sur leur parcours de nombreuses matières issues de l’industrie et non-biodégradables.

L’installation consiste en une «broderie» de rubans de plastique qui se chevauchent sur la surface d’un coffret en Plexiglass et disparaissent enchevêtrés dans l’emboitage. C'est un jeu de reflets avec le miroir dans le fond et la transparence de la boîte qui procure une impression de particules colorées flottant sur et sous l’océan. Le tout s’impose par le choix de couleurs vives comme un espace gai, presque pop, à l’image de nos environnements urbains tellement éloignés d’une évocation idyllique bleue et pure, presque minimaliste que nous nous faisons des océans. L’oeuvre est ici réalisée de rubans de plastique biodégradable pour attirer l’attention sur les matériaux industriels beaucoup plus nocifs qui se trouvent être le coeur de la tragédie écologique décrite pour la première fois en 1997 par le navigateur Charles Moore alors qu’il découvrait le 7ème continent: « Jour après jour, je ne voyais pas de dauphins, pas de baleines, pas de poissons, je ne voyais que du plastique ». 

Boîte en Plexiglas, rubans en plastique biodégradables. 2017.

@anne-yvonne Jouan reserved